TECHNIQUES

La Mouche

La pêche à la mouche en mer est une méthode de pêche tout à fait complémentaire à celle du lancer.

Elles utilisent bien sur les mêmes techniques qu'en rivière, mais les posées ne nécessitent pas une précision aussi rigoureuse qu'en eau douce, le fait que la mouche claque sur l'eau au moment du posé serait ici plutôt un avantage, pouvant de ce fait attirer l'attention d'un prédateur se trouvant dans le secteur et autorisant à un néophyte cette pratique ( se faire conseiller par un pêcheur à la mouche serait fort utile).

Quelques séances de pêche permettront d'acquérir la technique de la double traction.

 Un pêcheur s'étant essayé à la mouche, quand les mulets ou les bars sont actifs sur les poux de mer ou puces d'eau au bord du rivage deviendront des inconditionnels de cette méthode de pêche par les émotions qu'ils auront eu lors du combat.

Le choix d'une canne à mouche est, pour cette technique, primordial et ne doit se faire qu'après avoir essayé différents modèles de cannes.

 

        LE MATÉRIEL

 Pour le bord de mer, une canne classique entre 9 et 10 pieds, ligne de 7/8, voire, par temps très calme et pour la pêche du mulet, une canne entre 8,5 et 10 pieds, soie de 5 à 6. Pour le bateau, dans les zones à jolis bars, une canne de 9 à 10 pieds, soie de 8 ou 9, est plus adaptée.

 Sur les côtes françaises et européennes, la pêche à la mouche a de plus en plus d'adeptes, qui recherchent le bar, le maquereau, I'orphie et bien d'autres espèces.

 Parfait complément du lancer-ramener, la pêche à la mouche en mer se révèle particulièrement fructueuse quand le lancer-ramener classique est moins efficace.

 C'est sur les côtes de l'Ouest que la majorité des amateurs de la pêche à la mouche se retrouvent, pour pratiquer leur technique préférée, comme l'explique Jean-Pierre Lagathu, un Breton passionné et un concepteur de mouches adaptées à la mer: "Notre littoral découpé, avec des rades, abers, rias, estuaires et ports, offre une multitude de postes favorables à la pêche à la mouche".

Le pêcheur peut très bien s'installer au tout début du montant à l'entrée d'un estuaire, puis continuer sa partie de pêche plus en amont de la rivière, jusqu'à la limite du domaine maritime, avant de redescendre avec la marée, afin d'explorer des secteurs très différents.

À partir d'une pointe ou d'une plage bordant l'embouchure d'une rivière, il a également la possibilité d'essayer la mouche pendant la première heure du montant, puis de continuer en pêchant au surf casting ou au lancer-ramener (poissons nageurs, Buldo, bombette), ou au contraire, quand ces dernières techniques ne donnent rien, la mouche peut être la bonne solution pour tenter des poissons récalcitrants.

 

Les principaux poissons visés:

La victime principale de la pêche à la mouche est bien sûr le bar, qui chasse dès le printemps le long des côtes et pénètre dans les petits fleuves, mais bien d'autres poissons peuvent être pris au fouet, et pas uniquement des prédateurs comme les maquereaux, les chinchards ou les orphies.

Des poissons moins évidents, à l'exemple du lieu jaune et du mulet, sont également susceptibles d'être piqués à la mouche.

Les caractéristiques des mouches:

 Les mouches artificielles destinées à la mer sont beaucoup plus fortes et solides que la plupart des modèles utilisés pour l'eau douce.

Les différentes tactiques:

 Pour le bar, les imitations d'alevins, de poissonnets (genre lançon et muleton), de petits crustacés (bouquet, crabe) et d'encornet sont très attractives.

 Dans les secteurs proches des parcs à coquillages, on utilisera plutôt le bouquet et le lançon, tandis qu'en amont des rivières, on armera son bas de ligne avec un anguillon au corps en silicone de 8 à 10 centimètres de long, crème ou noir, muni d'une queue en latex très mobile.

 Lorsqu'une chasse de bars est à la portée, on pourra lancer un petit popper de 5 à 6 centimètres, blanc ou argenté.

 Dans les eaux où flottent des algues, placez un système anti-herbes sur les hameçons, semblable à celui employé en rivière (fil de Nylon en 40/100), joignant la courbure de l'hameçon à l'œillet.

Enfin, une mouche volumineuse blanche ou chartreuse est plus attractive en eau trouble qu'une mouche fine bleu argent, plus opérante en eau claire.

 Les périodes favorables:

 Sur les côtes rocheuses de l'ouest de la France, la saison de la mouche s'étend de fin avril à octobre-novembre.

 Pour le lieu jaune, la pêche peut être pratiquée même en hiver. Un temps légèrement couvert et une mer à peine agitée, avec des petites vaguelettes, sont deux facteurs propices à la technique.

 L'aube et le crépuscule du soir sont d'excellents moments.

 Dans les estuaires, le montant est généralement plus favorable, alors qu'en bordure des ouvrages portuaires, des zones rocheuses, et sur certaines grèves, la marée baissante peut être très favorable.

 La mouche en mer devrait encore tenter de très nombreux amateurs au cours des prochaines saisons, d'autant que le matériel pour la pêche en réservoir, ou destiné au saumon convient parfaitement, à condition de bien l'entretenir.

Les notes ci-dessus sont extraites du Magazine :

  • les PÊCHEs au lancer ramener ,
  • Collection  Le PÊCHEUR DE FRANCHE
 

 

Précédente Suivante